Sur le toit du monde

Par Catherine Chiasson, libraire passionnée et livrovore
 
●●●●○
Catherine a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●●○
Catherine a aimé ce livre
En quelques mots…
Un court roman poignant où un rêve un peu fou devient le prétexte d’une belle amitié. Pour que chacun puisse escalader l’Everest, à sa propre façon!

Tom se passionne pour l’Everest. Malheureusement, ce n’est pas parmi les livres de la bibliothèque de son école qu’il trouve comment alimenter sa passion. Un jour où la neige tombe en grande pompe, il construit avec ses copains une butte et le garçon imagine qu’elle est le toit du monde. Tous jouent un rôle : l’aventurier, le meilleur des meilleurs des aventuriers et l’abominable homme des neiges... ne manque qu’un sherpa pour les guider à bon port. Madeleine se propose, mais les garçons rejettent cette jeune fille aux cheveux courts qui n’a pas froid aux yeux.

Toutefois, la complicité qui nait entre le rêveur et celle qui a déjà atteint les plus hauts sommets donne lieu à un brillant échange où règnent le courage et la détermination.

En cinquante-six pages, Sur le toit du monde rassemble une pléiade de thématiques desquelles découleront assurément des discussions aussi enlevantes que touchantes. Véritable témoignage d’espoir, il encouragera les lecteurs dès 7 ans à gravir leur propre montagne!

L’avis de Catherine

Avec Sur le toit du monde, Lucie Bergeron prouve sa maitrise de l’ellipse. Elle effleure de nombreux sujets évitant adroitement de s’empêtrer dans les détails.

Intelligemment construit, le récit multiplie les pistes d’exploration. Que ce soit pour aborder les créatures mystérieuses, la maladie, les stéréotypes relatifs au genre, le voyage, les rêves et les aspirations, les chaines de montagnes populaires, le champ lexical de l’hiver, l’amélioration des bibliothèques scolaires : chaque bout de ficelles qu’a tiré l’auteure mérite d’être approfondi.

À l’instar de l’ensemble du roman, le dénouement ouvre la porte aux possibilités. En choisissant de conclure en laissant planer le mystère, l’auteure offre à ses lecteurs le soin de choisir leur propre conclusion. Il s’agit d’ailleurs d’un excellent point de départ d’une situation d’écriture!  

Merci aux éditions Québéc Amérique pour le roman!

Billet publié le 11 septembre 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Sur le toit du monde
Lucie Bergeron
●●●●○
Catherine a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Sur le toit du monde
Lucie Bergeron