La case 144

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●●○
Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Case 144 (La)
  • Auteur : Nadine Poirier
  • Illustrateur : Geneviève Després
  • ISBN : 9782924645437
  • Éditeur : D'eux
  • Année de publication : 2019
  • Nombre de pages : 40 pages
  • ✓ Disponible au Québec
  • ✗ Pas disponible hors Québec
  • Échelon de difficulté : album
  • Âge : Tout public
  • Genre : Album
  • Mots-clés : Itinéraire, Entraide, Douceur, Amitié
●●●●○
Sophie a aimé ce livre
En quelques mots…
Une marelle qui serpente sur le trottoir, en voilà une bonne idée pour apprivoiser la ville. Mais voilà, après la case 143 se dresse un obstacle...

Quand elle reçoit sa boite de craies neuves, Lia y voit une occasion extraordinaire : dessiner la plus grande marelle du monde sur les trottoirs de sa ville, un serpentin qui lui permettrait de ne pas se perdre. Une case à la fois, elle explore sa ville au gré des cases et des couleurs. Devant la case 62, l’animalerie. Devant la 82, le magasin de musique. Devant la 130, sa préférée, la confiserie et ses trésors. Mais voilà, au bout de la case 143, un vieil homme assis sur ton tapis de carton l’empêche d’aller plus loin. Qui est-il ? Que fait-il là ? Et si c’était un génie sorti d’une lampe et capable d’exaucer ses vœux ?

Avec cet album qui allie triste réalité et imaginaire, magnifiquement illustré par Geneviève Després et servi par un jeu de pages en transparence, Nadine Poirier parle d’itinérance, oui, mais aussi d’empathie, d’entraide, de générosité et d’amitié. Pour tous les lecteurs.

L’avis de Sophie

Encore une fois, Nadine Poirier touche au cœur (j’ai pleuré en lisant Le jardinier qui cultivait des livres et j’ai été fort émue ici aussi) avec une histoire qui allie l’imaginaire enfantin et une réalité plus dure, plus triste, celle d’un homme sur un bout de trottoir, itinérant. À travers le regard de son héroïne, elle parle de la vie du vieil homme sans jugement, sans vouloir « éduquer » ses lecteurs. À hauteur d’enfant, elle nous présente simplement sa réalité au fil des questionnements de la fillette ainsi que le lien fort qui se tisse entre ces deux êtres jusqu’à la finale, parfaite.

Les artisans de la maison d’édition D’eux ont un talent certain pour associer les auteurs et les illustrateurs et la magie fonctionne ici aussi. L’illustratrice Geneviève Després se glisse dans le texte et le sublime. D’abord à travers la bouille sympathique du personnage principal et un rendu de la ville surprenant, alors qu’avec une architecture, un escalier, un panneau de vitesse et la met en scène. Mais c’est surtout avec le jeu de transparence et le jaune éclatant de la couverture qu’elle réussit un coup de maitre, enveloppant toute l’histoire de douceur et de lumière.

Un livre qui fait du bien et donne envie de s’intéresser à ceux qu’on croise dans la rue…  

Merci aux éditions D'eux pour le service de presse!

Billet publié le 17 février 2020.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

La case 144
Nadine Poirier
●●●●○
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
La case 144
Nadine Poirier