La faille

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre

Laurent ne se croyait pas en danger en traversant le terrain vague malgré les avertissements de tremblement de terre. Et pourtant, lorsqu’une faille s’ouvre sous ses pieds, l’adolescent n’a rien à quoi se raccrocher et tombe dans un gouffre qui semble sans fin alors que la terre au-dessus de lui se referme. Que se passe-t-il ?

Blessé, Laurent se réveille dans un bien étrange endroit, un monde souterrain nommé Kalonenn par ses habitants. Incapable de se souvenir de sa vie à la surface, le jeune homme doit apprendre à apprivoiser les codes de cette société constituée d’individus qui ont tous été « engloutis » et son nouveau don. Laurent est en effet devenu un vigile, il a gagné une ouïe extraordinaire lors de sa chute dans la faille. Mais il n’a pas envie de prendre son temps pour découvrir le monde qui l’entoure et ses aptitudes, il veut tout de suite se mettre à la recherche d’une sortie, comme s’il sentait une urgence. Justement, une prophétie parle de deux frères « fabuleux » aux talents différentes qui pourraient mener les habitants de Kalonenn dans un nouveau monde et Laurent découvre rapidement que son frère, disparu des années avant lui, se trouve aussi sous terre…

Cette réédition du roman Les prisonniers de la faille entraine ses lecteurs dans un univers fantastique où il est question de dépassement de soi, de vie en communauté, d’entraide, d’amitié et d’amour. Assez long, il convient aux bons lecteurs de 12 ans et plus.

Mon avis

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre au moment de commencer le roman. Fantastique ? Science-fiction ? Il faut dire que la ligne est parfois mince entre les deux, et cette idée de nouvelle société que découvre Laurent ressemble à un monde parallèle. Toutefois, on est ici loin du futur et de la science. Kalonenn, c’est plutôt un univers dans lequel toute technologie est absente et où ses habitants font tout avec leurs mains, aidés de leur don. La communauté est ainsi tissée serrée, tous s’entraidant : pas de salaire, mais du troc, l’ensemble des ressources étant partagé. C’est un monde un peu idéaliste qui plait à certains (un des personnages, entre autres, ne voit pas du tout l’intérêt de chercher ailleurs), mais qui ne semble pas tout à fait crédible. Et ça participe à mon impression mitigée à la suite de ma lecture. La faille est un roman dense dans lequel il se passe beaucoup de choses, mais parfois on reste un peu en surface, Geneviève Guilbault laissant des zones d’ombre quant au fonctionnement de la communauté, à certains pans de Kalonenn. Si ça permet de se concentrer sur la quête du personnage, ça fait aussi qu’on a l’impression que l’intrigue est cousue de fil blanc par moments. Comme si Laurent trouvait toujours exactement ce dont il avait besoin, que les indices apparaissaient juste au bon moment, que les évènements poussaient tous dans la même direction. S’il y a certains moments plus sombres, globalement la quête est assez facile et, si l’univers créé est riche, les valeurs partagées au fil du récit porteuses et plusieurs personnages attachants, je suis restée sur ma faim.  

Merci aux éditions Boomerang pour le service de presse!

Billet publié le 13 février 2020.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

La faille
Geneviève Guilbault
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
La faille
Geneviève Guilbault