Des vacances bien pourries ou ma théorie sur les dominos

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Des vacances bien pourries ou ma théorie sur les dominos
  • Auteur : Séverine Vidal
  • Illustrateur : Orion Vidal
  • ISBN : 9782408008062
  • Éditeur : Milan
  • Année de publication : 2019
  • ✓ Disponible au Québec
  • ✓ Disponible hors Québec
  • Échelon de difficulté :
  • Âge : 8 ans et plus
  • Genre : Réaliste
  • Mots-clés : Été, Vacances, Amitié
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
En quelques mots…
Qu'est-ce que les dominos ont à voir avec les vacances d'été? Lisez ce court roman pour le découvrir!

Nils est catastrophé : lui qui a tenu tout le dernier semestre à l'école grâce à la promesse de la colonie de surf, voilà qu'il n'y a plus de place pour lui. Pire, comme sa mère refuse de l'avoir dans ses jambes tout l'été, il est envoyé une semaine chez sa tante Bou, au beau milieu de la campagne, alors que le temps est absolument terrible. Comment pourrait-il passer de belles vacances dans ces conditions? Mais voilà, suffit qu'une vache s'en mêle pour qu'une suite d'évènements changent la donne!

Avec ce court roman réaliste, Séverine Vidal parle d'été et d'attentes déçues, mais aussi de comment la vie fait parfois bien les choses. Pour tous les lecteurs, dès 8 ans.

L'avis de Sophie

« Elle vivait dans une maison en pierre et nids d’araignées (on aurait même dit que les araignées faisaient partie de la construction, qu’elles tenaient les murs avec leurs grosses pattes). Il y avait des champs autour « à perte de vue » et il ne fallait pas compter sur la télé pour m’occuper : « Pas de ça chez moi », voilà ce que tante Bou m’avait répondu. »

Passer des vacances à Bernes-en-joue plutôt qu’en colonie de surf, ce n’est pas l’idéal, j’en conviens. Mais Séverine Vidal arrive à rendre le tout sympathique grâce à une suite d’évènements tous plus improbables les uns que les autres, avec la vache sauteuse, le lit inondé, la soupe aux herbes… et la rencontre d’un nouvel ami. C’est en effet l’amitié qui se trouve au centre de ce récit qui ne fait pas l’apologie des « vacances au grand air » comme on aurait pu s’y attendre, mais qui démontre plutôt que c’est ceux qu’on rencontre qui peuvent rendre un été sombre beaucoup plus lumineux.

La narration est toutefois un peu surprenante, avec un Nils plus âgé qui nous raconte ce qui s’est passé durant cet été, avec un regard plus détaché, mais on s’y fait. Côté illustrations, c’est Orion Vidal (aucun lien de parenté avec l’autrice!) qui signe des œuvres en noir et blanc qui permettent aux lecteurs de bien visualiser les personnages (coucou, Bou) et différentes scènes marquantes.  

Merci aux éditions Milan pour le roman! 

Billet publié le 14 juin 2019.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Des vacances bien pourries ou ma théorie sur les dominos
Séverine Vidal
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Des vacances bien pourries ou ma théorie sur les dominos
Séverine Vidal