Neuro

Par Pierre-Alexandre Bonin, libraire un peu fou
 
●●●●●
Pierre-Alexandre a adoré ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●●●
Pierre-Alexandre a adoré ce livre
En quelques mots…
Un roman troublant et percutant qui se lit d'une traite! Quel est le véritable but de la Société? Et à quoi servent ses Laboratoire? C'est ce que Louis et ses amis vont découvrir...

Louis a été vendu au Laboratoire de la Société par ses parents, tous deux universitaires, à cause de ses facultés intellectuelles. En effet, il associe les chiffres à des couleurs, ce qui lui permet de compter avec un système de logique complètement différent, et il est capable de décoder n’importe quel langage en très peu de temps. Avec lui se trouvent Nathan, qui effectue des calculs complexes en manipulant un boulier à une vitesse impossible à suivre pour l’être humain, et les jumelles, Maude et Chloé, qui créent des programmes informatiques tous plus élaborés les uns que les autres, en plus d’avoir un langage qui leur est propre. Les quatre jeunes sont dans la classe de Fanny et d’ Océane, une stagiaire. Ils apprennent à comprendre et décoder les émotions et chacun a un projet personnel. Pour Louis, c’est l’écriture d’un livre - celui que nous lisons.

Ce nouveau roman de François Gravel explore le neuro-atypisme (généralement associé aux troubles du spectre de l’autisme) dans une histoire aux accents futuristes, voire dystopiques… Puisque le narrateur n’utilise pas de ponctuation à l’exception du point, et que le récit n’est pas structuré de manière conventionnelle, c’est un roman qui s’adresse aux lecteurs intermédiaires et avancés de 11 ans et plus.

L'avis de P.-A.

Ouf! C’est une véritable expérience à laquelle nous convie François Gravel avec son nouveau roman. On voudrait prendre le temps de s’habituer au schéma de pensée de Louis, le narrateur, qui écrit tout ce qui lui passe par la tête, sans filtre, avec des retours sur quelque chose qu’il a dit auparavant, des parenthèses explicatives et des précisions parfois très pointues. Pourtant, le rythme de la narration ne nous en laisse pas le temps, et on n’a d’autre choix que de se laisser emporter par le flot de mots produit par Louis.

Au départ, j’ai été choqué par le fait que ses parents puissent l’avoir vendu à une Société (qui n’est jamais nommée), mais je n’ai pu m’empêcher d’être curieux et de vouloir en savoir davantage. Puis, à mesure que le récit progresse et que Louis comprend ou découvre certaines choses, j’ai été carrément horrifié par la société dans laquelle lui et ses amis évoluent. Parce qu’il y a des ressemblances troublantes à la nôtre, et que j’ai bien eu envie de mettre un nom sur cette fameuse société (avec le sourire, dirai-je comme seul indice).

Comme pour La vraie vie et , deux de ses autres romans pour ados parus chez Québec Amérique, François Gravel utilise un certain flou pour ce qui est du contexte. Les repères temporels sont volontairement gommés, tout comme ceux permettant de savoir où l’action se déroule.

Neuro, c’est un roman qu’on lit une première fois sans se poser de questions, mais qui donne envie d’y revenir mieux préparer, pour tenter de mieux comprendre ce qui se passe et pour apprécier le travail de l’auteur sur les personnages, la narration, bref, tout ce qui compose ce roman époustouflant (et essoufflant!). Un véritable tour de force.  


Billet publié le 19 février 2019.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Neuro
François Gravel
●●●●●
Pierre-Alexandre a adoré ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Neuro
François Gravel