L'invitation

Par Catherine Chiasson, libraire passionnée et livrovore
 
●●●○○
Catherine a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●○○
Catherine a apprécié ce livre
En quelques mots…
Un roman de première lecture construit à la manière d’une promenade où le lecteur suit avec intérêt un narrateur dont il ne connaitra la nature qu’en toute fin!

La mamie du personnage principal doit malheureusement déménager et ne pourra pas l’emmener avec elle. Ses inquiétudes ne semblent pourtant pas contaminer notre narrateur, qui continue de vaquer à ses occupations quotidiennes.

Seulement, lors d’une promenade, il aperçoit une maison qui semble lui faire de l’oeil. Que cache cet amas de pierres et cette porte rouge qui l’appellent malgré lui?

L’invitation se compose de courts chapitres et de phrases simples qui en facilitent la lecture. Il est donc parfait pour les jeunes lecteurs qui veulent s’initier au roman. Aussi, le mystère qui entoure le narrateur et sa nonchalance par rapport au départ de la mamie donnent envie de persister jusqu’à la fin des quelque cinquante pages pour en découvrir davantage!

L’avis de Catherine

La collection Petit Poucet propose toujours de sympathiques récits spécialement imaginés pour les premiers lecteurs. Elle permet à ces derniers de s’initier à différents genres littéraires : policier, aventure, fantastique, humoristique et psychologique, dans un vocabulaire et un format qui leur sont accessibles.

Avec L’invitation, elle respecte sa mission en s’intéressant à la nouvelle littéraire. Le récit se construit autour d’une tension : où vivra le narrateur une fois sa mamie partie? Nous savons qu’elle ne peut pas le garder, mais n’en connaissons pas la cause jusqu’au dénouement. Aussi, qui est ce narrateur qui se promène allégrement de jour comme de nuit? Il sera intéressant pendant la lecture de tenter de le deviner et de découvrir, lors d’une seconde lecture, les pistes qui nous auraient permis de le trouver la première fois!

Le roman de Rhéa Dufresne constitue également un excellent point de départ pour aborder les descriptions de lieu. Accompagnés des magnifiques illustrations de Virginie Egger, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la boulangerie, le nettoyeur ou tout ce qui orne la jolie maison qui fera l’envie du narrateur. Aussi, l’emploi de la métaphore permettra aux lecteurs de s’initier aux figures de style. Et comme les chapitres correspondent chacun à une journée de la semaine, le roman s’échelonnant ici sur sept jours, cela fera réviser certainement plusieurs enfants qui tendent à les oublier!

Un moment agréable de lecture? Certes. Par contre, la chute est inattendue et j’aurais souhaité encore quelques détails supplémentaires pour bien clore cette promenade. En même temps, le dénouement ouvre grand la porte sur la discussion. Pour ne rien révéler du «punch », je dirai donc seulement que le sort et le traitement réservés à tous les êtres de même nature que le narrateur pourront être mis sous la loupe des lecteurs.  


Billet publié le 4 février 2019.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

L'invitation
Rhéa Dufresne
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
L'invitation
Rhéa Dufresne