Rosa Parks – La femme qui osa dire non

Par Jean-François Tremblay, enseignant et grand lecteur
 
●●●○○
Jean-François a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●○○
Jean-François a apprécié ce livre
En quelques mots…
Un jour, Rosa Parks stupéfie tous les États-Unis par un geste d'une bravoure insensée. Cette action sera l'étincelle qui allumera un grand mouvement de lutte pour les droits des Noirs, mené entre autres par le récipiendaire du Nobel de la paix, Martin Luther King. Mais qui est donc cette femme et comment en est-elle arrivée à vouloir lutter pour le changement?

En 1913, dans le Sud des États-Unis, deux petites filles naissent. Bien qu'elles soient toutes deux chéries par leurs parents et chrétiennes, un détail leur promet deux vies très différentes : Rosa est noire; Iris est blanche.

Quelques décennies seulement après l'abolition de l'esclavage, les deux États-Uniennes réalisent, en grandissant, que les inégalités n'ont pas cessé pour autant. Avec leurs yeux d'enfants, elles se questionnent et osent remettre en question l'ordre établi par les lois raciales « Jim Crow ». Plusieurs situations marquent Rosa. Il y a d'abord son grand-père qui, avec une carabine, protège leur maison, le soir venu, des attaques des Blancs du Ku Klux Klan. Il y a aussi tous les obstacles qu'elle doit franchir pour étudier, son école qui brule – incendie probablement causé par le Klan –, son incapacité à trouver un travail malgré son diplôme… Un jour, Rosa décide de lutter ouvertement contre le racisme. Cela ne sera pas facile, et l'amènera à commettre un geste de contestation, à l'apparence anodine, qui aura un impact monumental dans l'histoire des États-Unis…

Rosa Parks est un roman biographique qui recense les étapes importantes de la vie de la militante. Appuyée par de nombreuses sources historiques, l'auteure française, Sophie de Mullenheim, se permet tout de même de romancer son récit, notamment en créant de nombreux dialogues De plus, la jeune protagoniste blanche, Iris, est une invention de son imagination, inspirée par les quelques Blancs épris d'égalité qui ont lutté aux côtés des Noirs. Le roman vise un lectorat débutant de 9 ans et plus.

L'avis de Jean-François

Ça fait longtemps que je me questionne sur cette femme qui a ébranlé les États-Unis : était-ce une militante bien engagée dans la lutte pour les droits civiques, ou simplement l'auteure d'un geste isolé, repris par le mouvement? Ce roman a inévitablement su m'éclairer en se concentrant sur sa vie antérieure au coup d'éclat. Par sa lecture, on saisit l'ampleur des inégalités avec lesquelles a vécu Rosa Parks et ses motivations à rejoindre la contestation. Omniprésents, les thèmes des inégalités et de la lutte collective pour la promotion sociale constituent une force de la biographie. L'auteure démontre que, bien qu'essentielle, l'action individuelle possède ses limites, et que, face à l'injustice, la force du nombre est incontournable.

Malgré cette réussite, le récit m'a laissé une impression de survol de la vie de l'activiste. Certains moments centraux de son existence sont racontés de façon plutôt expéditive et avec d'importantes ellipses. Si cela peut satisfaire certains lecteurs, j'en ai été pour ma part déçu. Avec une longue vie à raconter en à peu près 170 pages, il est vrai qu'on ne peut tout aborder. Je comprends. Je peux aussi pardonner que, par souci d'authenticité, on s'intéresse moins aux idées et pensées personnelles des personnages. Toutefois, ce qui m'a agacé, c'est que quand le livre s'y penche, c’est fait de façon simpliste. Dans les dialogues, certains Noirs sont parfois soudainement surpris et désemparés par des injustices pourtant quotidiennes. Par exemple, pour la petite Rosa, menacer un garçon blanc avec une pierre parait approprié dans un cas de réplique à la provocation. Réaliste? Peut-être, mais le texte me donnait davantage l'impression de sortir ses personnages de leur contexte social en les rendant ignares, et ce, dans le but premier de servir une leçon d'histoire. De plus, certains détails, que je n'ai pas réussi à confirmer, m'ont paru anachroniques – un ouvrier noir qui possède une automobile en 1917; une femme qui conduit un bus en 1921 – alors que d'autres sont simplement faux – Rosa Parks ne vient pas d'une famille catholique.

S'il est vrai que j'aurais apprécié plus de complexité dans la façon de présenter les gens d'une autre époque, je ne peux néanmoins affirmer que le livre s'y soit complètement planté. En effet, la famille fictive d'Iris présente aux lecteurs des humains à la peau blanche, avant-gardistes, déçus du système, qui font des choix différents et qui en acceptent les conséquences. Certains passages les concernant offrent une plus intéressante nuance; le tout y est moins noir ou blanc. Également, comme l'histoire d'Iris évolue généralement en parallèle à celle de Rosa, elle ajoute une dose d'anticipation au livre.

Avant de conclure, je ne peux passer sous silence le superbe boulot graphique réalisé par l'illustratrice Johan Papin. Les quelques dessins, colorés, fins, forts, appuient superbement le texte et contribuent à emmener le lecteur dans le passé. On y découvre le déguisement du Ku Klux Klan, l'ardeur du travail dans les champs de coton, ou les affiches « White Only ».

Somme toute, ce roman biographique de Rosa Parks offre une courte et générale introduction sur cette militante, qui saura probablement grandement satisfaire les lecteurs et les amateurs d'histoire débutants.  


Billet publié le 9 janvier 2019.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Rosa Parks – La femme qui osa dire non
Sophie de Mullenheim
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Rosa Parks – La femme qui osa dire non
Sophie de Mullenheim