Nos coeurs tordus

Par Jean-François Tremblay, enseignant et grand lecteur
 
●●●●○
Jean-François a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●●○
Jean-François a aimé ce livre
En quelques mots…
Vlad fait son entrée au collège cette année. Lui qui a un handicap aux jambes ne tarde pas à se faire des amis. Toutefois, peut-il se faire vraiment aimer par les autres et, surtout, par la si charmante Lou?

Cette année, il y a un nouveau programme au collège. Des adolescents handicapés, physiques ou mentaux, feront leur entrée avec les autres élèves. Pour Vlad, ce sont ses jambes tordues, ses genoux qui se cognent, qui font de lui une personne handicapée. Mais ce qui fait de lui une personne avant tout, c'est sa sensibilité, sa force, son intelligence, sa passion pour le cinéma. Alors quand, au rassemblement de la rentrée, le directeur Flachard invite tous les élèves de l'école à respecter les nouveaux « parce qu'ils » sont handicapés, c'en est trop pour lui.

« Il y a mille raisons d'aimer ou de respecter les handicapés, mais surement pas parce qu'ils le sont. »

Après cette déclaration retentissante, Vlad a le malheur de s'écrouler devant l'école entière. « C'est terminé », se dit-il aussitôt; « il faut changer de collège ». Toutefois, grâce à sa personnalité unique, positive et attachante, l'adolescent rencontre rapidement plusieurs amis potentiels. Il y a Saïd le caïd, qui le provoque cette même journée. Il y a Mathilde, la fille handicapée négative, qu'il réussit à faire sourire après un premier échec. Il y en a encore bien d'autres, mais surtout, il y a Lou. Lou, lumineuse, brillante, belle.

Un projet de réalisation d'un film amateur finit par réunir plusieurs amis autour de Vlad. Cela devient le projet de son année. Des relations se développent. Vlad et Lou s'entendent plutôt bien, voire très, très bien. Mais le problème, c'est que Lou sort avec Morgan, et que, bien sûr, Vlad n'est pas normal, avec son handicap…

Nos coeurs tordus est un roman réaliste à plusieurs voix des auteurs français Séverine Vidal et Manu Causse qui traite de l'intégration malgré les différences et des relations sociales et amoureuses à l'adolescence. Assez aisé à lire (à part peut-être pour les lecteurs québécois moins habitués au vocabulaire français), il convient à tout lecteur dès 11 – 12 ans.

L'avis de Jean-François

Après quelques pages du roman, je voyais déjà venir le scénario : des enfants meurtris par la vie et leur handicap rencontrent des enfants normaux qui ne mesurent pas leur chance, puis les premiers finissent par tirer, tant bien que mal, leur épingle du jeu. Je n'ai pas mal visé, mais j'ai toutefois sous-estimé la force, la beauté et la complexité du récit

Vlad est vraiment un personnage qui se démarque. Son optimisme et sa façon de voir les choses font du bien et imposent le respect. Dès le début, il surprend tout le monde, y compris le lecteur, par son audacieuse réplique au directeur. Les chapitres suivants, avec des alternances de narrateurs, Saïd et Mathilde racontent comment, d'abord réticents ou hostiles face à ce nouvel élève handicapé qui ne se laisse pas démonter, ils finissent par l'aimer. La scène où Saïd, méprisant et dominant, perd tout son pouvoir face à Vlad est particulièrement savoureuse. Et ce qui est le plus fort, c'est de voir comment Vlad décide de gérer la situation : à l'avantage de Saïd.

Contrairement à Saïd et Mathilde, Lou développe immédiatement un attachement à Vlad. Le lecteur ressent toute la confusion inhérente à cette relation, sentiment alimenté par l'absence de narration de l'adolescente. Elle sort avec son copain Morgan, mais, clairement, Vlad ne la laisse pas indifférente. Cette romance, menée avec brio dans ses hauts et ses bas, prend une place importante dans le roman. À l'instar des nombreuses autres relations qui se tissent, celle-ci sonne authentique et s'éloigne de l'anodine simplicité caractéristique des plus courts récits.

« Les lèvres de Lou ont un gout auquel je n'ai pas le droit. »

À travers l'année scolaire et le concours cinématographique auquel participent Vlad et ses amis, il y a de plus toujours la question du handicap qui revient. Qui revient hanter les personnages. Avec tous les points de vue présentés, on comprend que l'acceptation est de plus en plus naturelle de nos jours, mais qu'il reste souvent une certaine réserve qui entrave la pleine inclusion. Vlad peut presque désarmer quiconque : le faux compatissant, le méprisant, l'autre ado handicapé, les enfants parfaits... Tous finissent par le respecter. Mais au-delà du respect, peut-il se faire réellement aimer avec sa différence? Il y a toujours ce petit « mais » qui flotte dans l'air. Un petit « mais » dans lequel s'empêtrent plusieurs et qui expose toute la maladresse que peut porter la gentillesse polie de chacun. Ça fait réfléchir.

Pour compléter le très beau trio de narrateurs, le lecteur retrouve l'hypocrite directeur Flachar et l'adolescent trisomique Dylan. On aime lire les cinq!

Si je n'avais qu'un élément à reprocher au roman, ce serait sa finale, toute en rose bonbon. Trop facile, pour une intrigue de cette profondeur? Peut-être. Mais, en même temps, elle est si émouvante et belle, que je ne peux me résoudre à émettre véritablement ce reproche aux auteurs. Bravo!  


Billet publié le 26 novembre 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Nos coeurs tordus
Séverine Vidal et Julien Castanié
●●●●○
Jean-François a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Auggie et moi, Trois nouvelles de Wonder
Auggie et moi, Trois nouvelles de Wonder
Comme un poisson dans l'arbre
Comme un poisson dans l'arbre
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Nos coeurs tordus
Séverine Vidal et Julien Castanié