Les Loteau plus un

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●●○
Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●●○
Sophie a aimé ce livre
En quelques mots…
Chez les Loteau, les enfants apprennent ce qu'ils veulent quand ils le veulent et chacun a droit à son opinion, sa différence. Jusqu'à ce qu'arrive le grand-père...

Chez les Loteau, il y a deux papas amoureux, Papaye et Papadum, respectivement Yukonnais et Indien, deux mamans amoureuses, Mamandine et Mamenthe, respectivement Jamaïcaine et Mohawk, et sept enfants, certains biologiques et d’autres adoptés, tous plus différents les uns que les autres. Dans cette maisonnée où rien n’est jamais tout à fait droit, les enfants sont scolarisés par les parents et apprennent ce qui les passionne, que ce soit la liste des monarques ou bien le sumérien. L’important est de s’épanouir, ce que chacun fait à sa façon sans être jugé par les autres. Du moins jusqu’à ce qu’arrive le père de Papaye, vieil homme malade qui doit quitter sa maison au Yukon et a des idées bien arrêtées sur la vie. Si tous essaient de lui faire une place, Sumac doit même lui laisser sa chambre, il est difficile d’être ouverts face à un homme si plein de préjugés et l’harmonie pourrait bien ne pas durer!

Avec cette histoire où il est question d’homoparentalité, de scolarisation à domicile, de démence, de la question du genre et de tolérance, Emma Donaghue invite son lecteur à rencontrer une famille hors de l’ordinaire et une narratrice, Sumac, 9 ans, fort attachante. Toutefois, bien qu’écrit dans une langue accessible et mettant en scène une héroïne assez jeune, ce roman est complexifié par l’énorme galerie de personnages.

L'avis de Sophie

Il y a un peu l’esprit du film Capitaine Fantastique dans ce roman avec une maisonnée complètement disparate qui laisse une large part à la créativité des enfants, leur faisant confiance pour s’intéresser au monde et apprendre ce qu’ils souhaitent (et ce qui semble bien réussir). L’auteure a créé une famille bien spéciale, n’hésitant pas à montrer les qualités, mais aussi les défauts de chacun et la sensation de tribu se ressent même de l’autre côté des pages. Le plus chouette, c’est qu’on y croit complètement à cette famille qui comprend une hyperactive, une fillette qui préfère qu’on l’appelle Bruno, un petit génie, une rêveuse, une gothique qui préfère qu’on la laisse tranquille et des parents aux origines différentes qui se révèlent complémentaires.

Auteure du livre Room, qui a depuis été adapté en film, Emma Donaghu a fait le pari de la lumière pour sa première incursion en littérature jeunesse et Les Loteau plus un offre un récit joyeux du début à la fin même si on sent que l’arrivée du grand-père (rapidement surnommé Gripette) vient chambouler les habitudes et même les façons d’être de chacun. Le fait que la narratrice n’ait que neuf ans et raconte l’histoire à sa hauteur joue aussi pour beaucoup. Dynamique, cette lecture offre un bon divertissement et donne envie de s’ouvrir à l’autre, de faire preuve de tolérance, d’empathie. À suggérer aux 9-12 ans sans modération!


Billet publié le 4 mai 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Les Loteau plus un
Emma Donaghue
●●●●○
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Les Loteau plus un
Emma Donaghue