Nozophobia

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
En quelques mots…
Dans un monde qui ne jure que par la pureté et la santé, Valek se rend compte que les dirigeants cachent des choses et que ceux qui sont envoyés de l'autre côté des murs protecteurs de la cité, comme son père, ne meurent pas toujours...

Depuis que son père a été déporté hors des murs, Valek vit avec sa mère et sa petite sœur Béa. Habitué à suivre les règles de la société hyper contrôlée dans laquelle il vit, l’adolescent rêve de devenir Désinfecteur, agents au service du gouvernement Miersk pour faire respecter la loi. S’il ne passe pas la sélection, il se fait toutefois remarquer lorsque des Empestés, ayant fait une brèche dans le mur, attaquent. N’écoutant que son sens du devoir, Valek vole l’habit d’un Désinfecteur et sauve la vie d’un jeune garçon… qui se trouve à être l’héritier du trône. Et si ce moment est un point tournant dans le destin de Valek, ce n’est pas juste parce qu’il gagne le droit de devenir un Désinfecteur. En effet, dans les Empestés, en pleine santé, il a reconnu son père…

Mathieu Fortin a relevé le défi lancé par son éditeur et a imaginé un roman dystopique complet autour d'une nouvelle qu'il avait écriture à propos d'une cité où la maladie est proscrite… et ceux qui ne sont pas en pleine santé, exilés. Récit complet entrecoupé par des fiches permettant au lecteur de découvrir le fonctionnement de la société, ce roman s'adresse aux lecteurs de 12 ans et plus.

L'avis de Sophie

Avec cette dystopie qui aborde les thèmes de la peur et de la maladie, Mathieu Fortin s’inscrit dans un genre encore populaire auprès de bien des lecteurs (même si, personnellement, je dois dire que je commence à me lasser!). Avec des phrases courtes, il nous entraine via un récit rythmé par de nombreux rebondissements dans un univers sombre, où le pouvoir est perverti et où le héros, au fil de ses découvertes, doit remettre en question tout ce en quoi il croit.

L’originalité vient aussi de l’univers de Nozophobia, avec son obsession de la santé, l’empeste qui a fait des ravages, la nécessité de se protéger contre tous les virus qui vire à l’obsession et au contrôle total. Si on sent parfois que c’est légèrement étiré (passer d’une nouvelle à un roman reste complexe), l’histoire est bien menée, tout à fait dans la lignée des autres romans dystopiques avec un héros qui se joint à la résistance… et découvre que le mensonge est partout. En effet, si le Pouvoir ment, hors des murs, c’est aussi la jungle…  


Billet publié le 16 avril 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Nozophobia
Mathieu Fortin
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Nozophobia
Mathieu Fortin