Le garçon qui ne voulait plus de frère

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
En quelques mots…
Hugo a toujours pris soin de Sacha, son frère qui souffre d'un handicap mental, mais en arrivant dans une nouvelle école, il s'invente une nouvelle identité. Et s'il pouvait être quelqu'un d'autre?

Hugo a toujours bien vécu avec Sacha, son « grand petit » frère de 15 ans qui en a trois dans sa tête. Mais quand sa famille quitte Toulouse pour Paris, les choses changent. Sacha réagit mal à son nouvel environnement et fait de plus en plus de crises, les parents sont obnubilés par leur boulot respectif et laissent de plus en plus de responsabilités à Hugo et celui-ci n’en peut plus. Surtout, il ne veut plus être invisible à l’école et a décidé de prendre les grands moyens. Même si ça implique de nier complètement son frère…

Écrit sous la forme d’un journal intime dans lequel Hugo note ses états d’âme, ce roman réaliste parle de famille et de différence, d’intégration, de reconnaissance et de loyauté. Rédigé dans une langue accessible, il convient aux lecteurs de 10 ans et plus.

L'avis de Sophie

Sophie Rigal-Goulard offre une histoire double avec ce court roman rythmé par l’évolution d’Hugo. Il y a le récit familial, d’abord, avec ce grand frère qui a un handicap mental et qui rend le quotidien plus complexe pour tout le monde, surtout quand il perd ses repères. Puis il y a le récit de l’intégration d’Hugo dans sa nouvelle école : le bon élève qui a besoin d’enfin exister pour les autres et qui ne trouve qu’une seule façon de le faire, en attirant l’attention avec des bêtises. L’auteure rend très bien la tentation de se créer une identité différente pour éviter le rejet quand on arrive dans une nouvelle école, de miser sur l’humour plutôt que sur les bonnes notes, surtout quand on a déjà vu d’autres élèves faire rire d’eux. Les deux intriguent se complètent bien, Hugo se retrouvant rapidement déchiré entre ses deux vies, prisonnier de ses mensonges et culpabilisant à cause de son frère. Si la fin est un peu trop rose pour être complètement crédible, ce roman offre tout de même une dose de positivisme bienvenue, en donnant envie d’accepter la différence et de la célébrer plutôt que de se cacher (même si on se doute bien que si Hugo avait été complètement honnête au départ les choses ne se seraient pas passées de la même façon).  


Billet publié le 1er avril 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Le garçon qui ne voulait plus de frère
Sophie Rigal-Goulard
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Le garçon qui ne voulait plus de frère
Sophie Rigal-Goulard