Le garçon qui parlait avec les mains

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●●●
Sophie a adoré ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
●●●●●
Sophie a adoré ce livre
En quelques mots…
Quand Manolo arrive dans la classe de Victoria, elle est tout de suite attirée lui. Mais les autres (et les parents des autres) ont peur de sa surdité... un très beau livre sur l'ouverture à la différence et l'amitié!

Un nouvel élève est arrivé dans la classe de Victoria. Un élève aux yeux d’un noir profond qui est espagnol et… sourd. Les parents de Victoria sont justement fous de l’Espagne et la petite fille se sent tout de suite interpelée par Manolo. Alors que les autres élèves de sa classe (et leurs parents) le rejettent en ayant peur de son handicap, Victoria décide de faire sa connaissance. Mais comment parler sans mots? Et comment expliquer aux autres, petits et grands (!), que la surdité n’est pas une raison d’exclusion?

Il y a beaucoup de joie qui émane de ce livre qui célèbre l’ouverture à l’autre. Avec ce Manolo venu de Malaga et s’exprimant avec ses mains et cette Victoria curieuse et généreuse, Sandrine Beau parle de différence et d’intégration avec doigté, accompagnée par les dessins tout en douceur de Gwenaëlle Doumont.

L’avis de Sophie

L’histoire est bien tournée (j’aime particulièrement le fait qu’on représente aussi les parents sous un mauvais jour… c’est encore souvent eux qui ont peur et transmettent cette fermeture d’esprit à leurs enfants) et le trait de crayon est fin, lumineux et amusant (notamment quand on présente les parents fous d’Espagne de Victoria dans le premier chapitre). Surtout, ce livre donne envie de s’ouvrir à la différence!

Au fil des pages, on voit d’ailleurs bien comment le fait de ne pas avoir peur de la différence peut amener de belles rencontres et comment l’amitié, finalement, n’a pas de limites. Parce que ce lien qui se tisse entre Manolo et Victoria, on le sent à travers les pages. Et on aimerait bien d’ailleurs faire partie de l’histoire, notamment quand les deux copains profitent de leur exposé pour faire découvrir la réalité de Manolo aux autres élèves de la classe. Une chouette idée (tout comme l’alphabet en LSF, à la fin de l’histoire) !

Si vous n’êtes pas encore convaincus, sachez que ce livre a gagné le prix des Incorruptibles (remis par plein de jeunes lecteurs en France) en 2017/2018.  


Billet publié le 28 juin 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Le garçon qui parlait avec les mains
Sandrine Beau
●●●●●
Sophie a adoré ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Le garçon qui parlait avec les mains
Sandrine Beau