Ma famille parfaite

Par Sophie Lit, Lectrice compulsive et rédactrice en chef
 
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Ma famille parfaite
  • Auteur : Rodrigo Munoz Avia
  • ISBN : 9782874262616
  • Éditeur : Alice Jeunesse
  • Année de publication : 2015
  • ✓ Disponible au Québec
  • ✓ Disponible hors Québec
  • Échelon de difficulté :
  • Âge : 10 ans et plus
  • Genre : Réaliste
  • Mots-clés : Famille, Perfection, Amitié
●●●○○
Sophie a apprécié ce livre
En quelques mots…
Un roman touchant et humoristique qui nous fait réfléchir au sentiment qu'on a parfois que les autres sont parfaits. Et si ce n'était pas vraiment le cas?

Alex a l’impression de vivre dans une famille parfaite. Ses deux sœurs ainées collectionnent les meilleurs résultats au lycée, son père, physicien théoricien, et sa mère, journaliste design, n’élèvent jamais la voix, sont toujours compréhensifs, même quand Alex revient après avoir échoué ses examens d’espagnol et de mathématiques. Mais lui ne se sent pas parfait. Et après ces échecs, le garçon se met à tester la réaction de ses parents et à les espionner, leur cherchant des failles à eux aussi. Mais est-il vraiment prêt à découvrir les imperfections de ceux qui l’entourent?

Roman s’adressant aux 10 ans et plus, Ma famille parfaite parle de famille, abordant la notion de perfection, mais aussi celle de la pression qu’on se met et de l’impression qu’on peut avoir des autres. 

L'avis de Sophie

Roman espagnol qui dépayse puisque l’intrigue se passe à Madrid, Ma famille parfaite  offre une lecture sympathique. L’auteur arrive à vraiment prendre la voix d’un jeune de 11 ans, on le sent dans sa langue, dans ses phrases courtes, dans sa façon de présenter les choses, dans sa naïveté, et il remet en question la perfection, la rigidité d’un cadre familial. Pour faire ressortir encore davantage l’aspect « parfait » et « droit » de la famille du narrateur, l’auteur a créé son antipode en la famille du meilleur ami d’Alex, Rafa Panocha. C’est sympathique, mais parfois un peu trop stéréotypé. 

La force de l’auteur est de faire des liens avec d’autres histoires, par exemple au début du roman, le père d’Alex lui raconte une histoire à propos de Coca-Cola, l’entreprise ayant déjà voulu changer sa recette, mais étant ensuite revenue à l’ancienne, et à la fin du récit, le narrateur parle des alpinistes qui ont voulu monter l’Everest. Ces petites histoires sont intéressantes parce qu’elles ont des liens étroits avec le récit principal et permettent de faire réfléchir davantage. 


Billet publié le 4 avril 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Ma famille parfaite
Rodrigo Munoz Avia
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, cela arrive. N'hésitez pas à me la signaler à sophie@lpplt.com et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Ma famille parfaite
Rodrigo Munoz Avia